Dans un monde où le qualificatif de « fou » est pour les sages. Dans un monde où la sensibilité est ridicule, méprisée, et qualifiée d’infirmité. Dans ce monde, je me tiendrai droite. Avec ma sagesse de fou, ma sensibilité d’infirme.

 

Pourquoi ? J’ai compris que sagesse et sensibilité, je les préférai face à l’opinion prisonnière de la peur. Qui a peur de soi, de chacun, de la vie, des authentiques envies.

 

J’étais passée par la phase de la peur. Mais à douter de la valeur et de la légitimité, de la peur d’être sage et sensible, j’ai écouté mon cœur.

 

J’ai écouté mon cœur, avec son doux chuchotement, et ses messages si puissant, si lumineux. Et me voilà si différente. Si « seule », si « mystérieuse », si « étrange ».

 

Est-ce donc si choquant, de regarder notre monde en face, avec la clarté et la Richesse du cœur ?

Je sais que nous en sommes capables.arbre

Mais les habitudes, les coutumes, la mode, le passé, les certitudes, la peur, l’opinion de la masse raisonnable, tout ça…

Enferment, cloitrent, assèchent, l’élan spontané de notre cœur.

 

Auriez-vous peur de faire le constat clair et honnête de toute la société ?

Ce n’est pas la « sécurité » de détourner le regard face aux « extravagances ».

Vous savez… ce ne sont pas les normes et la culture qui nous tuent.

Nous tuons les Normes et la Culture à nous fuir.

A fuir l’essentiel, à fuir la réalité.

 

Certes, le constat est terrible.

 

Et que pouvons-nous y faire ? Poussière dans l’infini. Le cœur est immense et si fort. Pourquoi douter de son pouvoir ?

Pourquoi remettre la responsabilité dans les mains d’autres appelés « méchants ».

Le « méchant » ne serait-il pas nous-mêmes ? Méchant envers notre Humanité si vive et si bâillonnée.

 

Que pouvons-nous y faire.

Oser penser clairement. Voilà le premier pas.


Auteur Rose Bretellia

Quand tu mélanges les lettres de « Rose Bretellia », tu obtiens « oser la liberté » !

 

Merci pour vos partages, vos appréciations, votre gratitude.

Merci pour votre communication valorisant mon travail.